Espace client
Mot de passe oublié

Le fonds euro de l'assurance vie Patrimea Frontière Efficiente

Le fonds euro à capital garanti d'Apicil Assurances

Historique de rendement du fonds en euros du contrat Patrimea Frontière Efficiente

2016 + 2,20%
  
2015 + 2,90%
   
2014 + 3,05%
   
2013 + 3,50%
   
2012 + 3,32%
   
2011 + 3,61%
   
2010 + 4,02%
   
2009 + 4,70%
   
2008 + 4,80%
   
2007 + 4,95%


Taux de rendement du fonds en euros Apicil Euro Garanti net de frais de gestion avant prélèvements sociaux et fiscalité appliqués prorata temporis.

Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.


Composition du fonds

Le fonds en euros, souvent appelé fonds à capital garanti ou fonds euro, du contrat d'assurance vie Frontière Efficiente est géré par Apicil Assurances.

Toutes activités confondues, le Groupe Apicil gère un encours de placements de plus de 4 milliards d'euros. Le niveau de fonds propres du groupe (supérieur à 870 millions d'euros) lui confère un ratio réserves/marge de solvabilité supérieur de plus de quatre fois à la marge réglementaire.

L’épargne collectée par Apicil Assurances est investie au sein de l’actif général de la compagnie. Ces sommes représentant actuellement un encours de 1,493 milliard d'euros (valeur nette comptable au 30/06/2014) sont investies pour plus de 88% en obligations.

La composition au 30/06/2014 est la suivante :

  • Obligations : 88,86%
    Obligations à taux fixes : 78,795%
    Obligations convertibles : 3,61%
    Obligations à taux variables : 2,05%
    Autres obligations : 4,25%
  • Actions : 4,54%
  • Immobilier : 1,87%
  • Autres : 0,76%
  • Trésorerie : 3,97%

Répartition des obligations par notation*

* Au 30/06/2014 sur la base de la valeur nette comptable

La politique de gestion d'actifs

Une gestion prudente

La gestion du portefeuille d’assurance-vie consiste à privilégier les investissements à taux fixe, procurant un revenu stable et récurrent.

Au cours de l’année 2013, nous avons poursuivi le renforcement de l’exposition en obligations à taux fixe (80 % du portefeuille) au détriment des autres poches d’actifs, notamment les obligations convertibles qui ont été allégées suite à la forte hausse des marchés boursiers. Par contre, nous avons géré de façon active tout en la renforçant, la part investie en obligations hybrides (obligations perpétuelles). Enfin, la poche de trésorerie qui a été ramenée à 4 %, permettra de profiter d’éventuelles opportunités sur le marché primaire et secondaire.

Les investissements ont été réalisés de façon prudente tant sur l’exposition à la courbe des taux que sur l’exposition au crédit. Ainsi les maturités privilégiées ont été le 5 ans (maturité 2018) et le 7 ans (maturité 2020). Nous avons également cherché des titres à rendement sur des maturités supérieures à 30 ans, mais dans une moindre mesure. Dans l’ensemble, la duration des portefeuilles a été réduite par rapport à l’année précédente afin de limiter l’impact d’une hausse des taux sur la valorisation des portefeuilles. Les titres vendus ont permis d’engranger un montant significatif de plus-values, mis en réserve de capitalisation, qui permettra d’assurer un coussin de sécurité au portefeuille en cas de hausse des taux.

En terme de notation, nous avons renforcé le niveau moyen du portefeuille en privilégiant des titres notés AA et A, tout en conservant une exposition sensible aux titres notés BBB d'environ 36 %. Nous avons aussi été actif sur les titres notés BB+ et les titres non notés.

Le taux moyen des obligations à taux fixe dans le portefeuille, estimé à 4,44 % est en baisse de 0,20% par rapport à l’année dernière mais reste encore très supérieur au taux à 10 ans des obligations de référence de l’Etat français (2,48 % fin 2013).

La poche actions, constituée à partir de 2010, est montée en puissance au gré des opportunités fournies par le marché, passant d’environ 3% à plus de 4.5% du portefeuille en fin d’année 2013. La majeure partie de la poche est investie sur la zone euro afin de profiter de la dynamique qui se met en marche sur ces marchés. La performance ressort d’ailleurs à plus de 19% sur l’année.