Espace client
Mot de passe oublié

Assurance vie : Vers la fin des contrats 100% fonds euros ?

4

Note de : 100 sur 100 basée sur 4 votes.

100% sur 4 votes
Merci !
Oups... Erreur !
Vous avez déjà noté cet article

Alors que le rendement des fonds en euro diminue année après année, la possibilité de réaliser des versements à 100% vers ces fonds disparait peu à peu de l'ensemble des contrats.

En effet, suite au projet de loi Sapin 2 qui donne plus de pouvoir au HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière), de nombreux assureurs ont modifié les conditions d'accès à certains fonds de leurs contrats.

Quel est l'avenir des fonds à capital garanti ? Quels sont les derniers assureurs à proposer des contrats accessibles à 100% en fonds euros ? Quelles alternatives ?

 

Baisse durable du rendement des fonds en euros

En 2015, le taux de rendement moyen des fonds en euros était de +2,30% et pourrait descendre à +2,00% pour l'année 2016 alors qu'il approchait les +3% en 2012.

Cette diminution du rendement s’explique par la composition de ces fonds. En effet, afin d'assurer une garantie du capital à leurs clients, ainsi qu'une forte liquidité de leurs fonds, les assureurs achètent en quantité des taux longs obligataires, réputés peu volatiles.

Parmi eux , on retrouve en particulier des obligations d'Etat (notamment français et allemand) et d’entreprises. Or, pendant que l'OAT 10 ans français est passé de 1,5% (août 2014) à 0,1% en juillet 2016, l'OAT 10 ans allemand est lui descendu sous la barre des 0%.

Le rendement des fonds en euros s’en trouve automatiquement impacté et dégradé, d'où le développement de nouveaux fonds en euros comme les fonds euros immobiliers ou dynamiques (dits nouvelle-génération), davantage investis en immobilier ou en actions offrant des objectifs de meilleur rendement.

 

Compétences étendues du HCSF

Pour palier à un éventuel risque de liquidité, le gouvernement a étendu les compétences du HCSF en matière de régulation des activités de crédit et de l’assurance via la loi Sapin 2.

En effet, comme expliqué dans le paragraphe précédent, les compagnies d’assurance achètent des taux obligataires à des taux actuellement très bas. En cas de remontée de ces taux, il prendra du temps aux assureurs de fournir des performances à la hauteur de celle-ci.

Les épargnants seraient alors tentés d’effectuer des rachats de leurs fonds euros afin d’investir sur des placements plus intéressants, corrélés aux taux directeurs. Les assureurs feraient alors face à un risque de liquidité.
 

Que dit la loi ?

Selon l’article 21 bis du projet de loi Sapin 2, le HCSF aura désormais la possibilité de retarder, limiter, ou suspendre les rachats, les arbitrages et les avances des contrats.

Les fonds euros seront donc moins liquides, et l’épargnant pourra observer des délais plus longs lors de ses demandes de rachats ou d’arbitrage.

Le HCSF aura également le pouvoir de moduler les règles de dotation et de reprise de la provision pour participation aux bénéfices. En d’autres termes, les assureurs ne seront plus libres de piocher dans les réserves afin d’offrir des rendements supérieurs sur leurs fonds.
 

Réaction des compagnies d’assurance

Suite à ces dispositions, les assureurs sont contraints de revoir leur politique et de modifier les conditions d’accès à leurs contrats.

Ainsi, nombreux sont ceux à demander un investissement minimum en unité de compte, tel que Spirica, dont les versements aux contrats Netlife ou Epargne Evolution sont limités à 75% en fonds euros depuis le 1er septembre 2016. Avant Spirica, d'autres assureurs comme Suravenir (Fortuneo Vie, 30% UC minimum ou Primonial Sérénipierre, 50% UC minimum), Apicil (Frontiere Efficiente, 30% UC minimum), ou Generali, ont limité la part maximale d'investissement en fonds euros.

Il devient en effet de plus en plus difficile de trouver des contrats 100% capital garanti, et nous pensons que la tendance sera durable si le niveau des taux obligataires reste faible.
 

Les contrats encore accessibles à 100% fonds euros

Nom du contrat Nom de la compagnie d'assurance vie
Patrimea Premium Oradea vie (Groupe Société Générale)


>> Lire l'article : Assurance vie 100% fonds euro : Optez pour Patrimea Premium

 

Quelles alternatives ?

L'immobilier en assurance vie

Afin de diversifier son capital, tout en offrant un couple rendement/risque intéressant, Patrimea conseille l’investissement en immobilier dans le cadre de son assurance vie.

Celui-ci peut se caractériser par l’achat de parts de SCPI (Sociétés Civiles de Placemment Immobilier), de SCI (Sociétés Civiles Immobilières), ou encore par l’investissement en OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier).

Bien qu’il n’offre aucune garantie de capital, le placement en immobilier présente un risque limité, le marché immobilier étant moins volatile que le marché actions ou obligations. Il permet de plus de diversifier son patrimoine aussi bien d'un point de vue sectoriel (bureaux, commerces, locaux d'activités), que géographique (Ile de France, Province, International), et de mutualiser les risques.

Le point limitant à ce type d'investissement est l'horizon de placement. En effet, le fonds en euros offre une liquidité et une disponibilité des fonds à tout moment. Les fonds immobiliers doivent se concevoir sur du long terme avec une liquidité plus réduite. Il s'agit donc d'une alternative partielle pour compléter un investissement sur les fonds en euros.

D'autres alternatives existent comme la gestion pilotée (disponible dans le contrat Patrimea Premium) pour laquelle vous donnez procuration au gestionnaire qui réalisera les arbitrages en votre nom afin d'offrir les meilleures performances possibles.

 

blog comments powered by Disqus