Espace client
Mot de passe oublié

Retraite : Solutions pour anticiper la baisse des revenus

0

Note de : 0 sur 100 basée sur 0 votes.

Aucun Vote
Merci !
Oups... Erreur !
Vous avez déjà noté cet article

La retraite en France est un sujet qui revient très souvent sur le devant de la scène. Et pour cause ! Augmentation de l’âge de départ à la retraite, baisse du taux de remplacement, augmentation des cotisations sociales … La retraite est un sujet sensible mais qui devrait être abordé le plus tôt possible. L’anticipation doit être le maître mot.

Le problème du financement des retraites concerne tous les pays européens. Malgré une prise de conscience de la situation, les français peinent à mettre en place des stratégies pour combler les pertes de revenus au moment de la retraite.

Etats des lieux actuels et stratégies retraite pour anticiper la baisse des revenus … Focus sur la retraite de demain !

Le fonctionnement en France : La retraite par répartition

La retraite par répartition est un système de financement qui consiste à prélever les cotisations sur les revenus de la population active, pour les verser au même moment aux personnes retraitées.

La retraite actuelle est constituée de 4 niveaux :

  • Retraite de base : c’est la pension de retraite obligatoire versée par les caisses de retraite dont vous dépendez en fonction de votre catégorie socio-professionnelle.
  • Retraite complémentaire : elle sert à compléter la retraite de base. Les salariés cotisent au régime de retraite complémentaire Arrco ou Agirc pour les salariés cadres.
  • Epargne retraite d’entreprise : elle est constituée de dispositifs d'épargne collective permettant aux salariés, par le biais de l'entreprise, de se constituer une retraite supplémentaire (article 83, article 39 , PERCO, PERE)
  • Epargne retraite individuelle : contrat Madelin, PERP

Un constat alarmant : La baisse significative des revenus

Le système de retraite actuel est déficitaire. Le rapport entre le nombre de cotisant et le nombre de retraités ne cesse de baisser. En d’autres termes le nombre de retraités augmente plus vite que le nombre de cotisants.

  • En 1960, il y avait 4 actifs pour 1 retraité
  • En 2014, il y a 1,4 actifs pour 1 retraité
  • En 2040, le rapport sera de 1 pour 1.

→ Dans un contexte d’incertitudes, la solution est d’anticiper et de se constituer sa propre retraite le plus tôt possible.

Nouveauté  : Pour les personnes prenant leur retraite à partir du 1er janvier 2019, un système de "bonus/malus" va entrer en vigueur pour les retraites complémentaires. Les partenaires sociaux ont signé un accord ayant pour objectif d’inciter les salariés du privé à travailler un an de plus. Celà permettrait de renflouer les caisses des régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco. Ce système de bonus-malus prévoit qu’un salarié faisant valoir ses droits à la retraite à l’âge légal et avec le nombre suffisant de trimestres cotisés pour bénéficier d’une retraite à taux plein, subira une décote de 10 % de sa pension complémentaire pendant les trois premières années de versement. Pour éviter ce malus, il faudra travailler quatre trimestres de plus.

Les stratégies pour améliorer sa retraite

En faisant des simulations, vous vous rendez compte que votre retraite ne sera pas suffisante pour conserver votre niveau de vie actuel. Votre pouvoir d’achat va considérablement baisser. Quelles stratégies adoptées et quels placements effectués pour pallier cette baisse de revenu ?

Il existe de nombreuses solutions pour épargner en vue de sa retraite et mettre en place des revenus complémentaires. Dans une stratégie patrimoniale globale, nous vous conseillons de diversifier vos placements. Voici un panel des investissements pouvant répondre à vos objectifs.

Epargne retraite individuelle

Le Plan épargne retraite populaire (PERP)

Le PERP permet d'épargner durant sa carrière professionnelle afin de bénéficier par la suite d'une pension à vie à l'âge de la retraite. Durant la phase d’épargne, les primes versées sur le plan sont déductibles dans une certaine mesure.

La sortie se fait sous forme de rente viagère (avec option de réversion). Une sortie en capital à hauteur de 20% est également possible (voire même à 100% en cas d’acquisition de la résidence principale).

>> Lire aussi : Fiscalité du PERP

.
Conseil : L’option pour une sortie en capital devra être mûrement réfléchie. Nous avons tendance à sous-estimer notre espérance de vie. Le choix de la rente viagère permet de bénéficier d’un revenu récurrent jusqu’à la fin de sa vie. En cas de sortie en capital, votre patrimoine diminue au fur et à mesure des années. Au bout de quelques années, votre capital peut être alors intégralement consommé. Le risque de survie doit être pris en compte au moment du dénouement du PERP.

Madelin

Ce contrat, réservé aux travailleurs non salariés permet de se constituer une retraite complémentaire qui sera restituée sous forme de rente. En parallèle, les primes versées sur le contrat durant la phase d’épargne sont déductibles des revenus professionnels imposables.  Tout comme le PERP, l’effort d’épargne est financé en partie par une économie d’impôt. Les cotisations Madelins sont déductibles dans la limite d’un plafond fiscal.

>> Lire aussi : Transfert d'un contrat Madelin vers un PERP

Placements financiers

Si vous souhaitez conserver la main sur votre épargne, l’assurance vie et le contrat de capitalisation sont des solutions adaptées.

Assurance vie

L’assurance vie permet de se constituer un capital progressivement.

Au départ à la retraite vous pourrez mettre en place des rachats programmés pour compenser la perte de revenu. L’avantage de ce placement est la flexibilité. Il n’y a pas d’obligation de régularité ni de montant des versements. La sortie de l’assurance peut également se faire sous forme de rente viagère. Le montant de cette rente dépendra du capital accumulé sur votre contrat et de votre espérance de vie

Conseil : Plus vous commencerez tôt à verser sur votre contrat d’assurance vie, plus le capital à l’âge de la retraite sera élevé. Attention à la sortie en rente viagère. Elle fait perdre le cadre fiscal avantageux de la transmission des capitaux de l’assurance vie.

Pensez aux options de gestion pour dynamiser votre épargne ou la sécuriser à l'approche du départ à la retraite.

>> Lire aussi : Assurance vie : Ces options de gestion méconnues mais utiles !
Contrat de capitalisation

Le contrat de capitalisation a le même fonctionnement qu’une assurance vie durant la phase d’épargne. La fiscalité est la même au moment des rachats.

Ce placement permet de se constituer un capital progressivement et à son rythme. Au départ à la retraite (ou lorsque vous le souhaitez), vous pourrez mettre en place des rachats programmés pour percevoir des revenus complémentaires.

Dès la souscription d’un contrat de capitalisation, vous pouvez prévoir que la sortie se fera sous la forme d’une rente viagère.

Conseil : Le contrat de capitalisation, contrairement à l’assurance vie, entrera dans l’actif successoral à votre décès. Il n’y a aucun avantage fiscal au moment de la transmission. Toutefois ce placement peut être préconisé si vous avez déja optimisé tous les abattements prévus en cas de décès dans le cadre de l’assurance vie. De plus, le contrat de capitalisation peut faire l’objet d’une donation.

Placements immobiliers générant des revenus

Immobilier en direct

La mise en location d’un bien immobilier génère des revenus. Ces revenus permettent de compléter votre salaire, puis votre retraite. Toutefois la fiscalité applicable aux revenus locatifs étant lourde, le rendement de votre bien immobilier peut être divisé par deux. La location en meublée peut être plus avantageuse car les revenus peuvent être neutralisés par des amortissements fictifs pendant plusieurs années. L’investissement en direct reste cependant contraignant d’un point de vue administratif et de gestion (liasse fiscale, gestion des locataires, mise en conformité…).

Conseil : Etudiez la rentabilité nette d'impôt avant d’effectuer un investissement dans l’immobilité de rapport.

>> Lire aussi : Impôt immobilier en 2018 : Durcissement de la fiscalité ?
Immobilier via des SCPI

Pour percevoir des revenus locatifs sans avoir de soucis de gestion, l’investissement dans des parts de SCPI peut être la solution.

Communément appelé “Pierre Papier”, les SCPI permettent de se constituer des revenus complémentaires avec une mise de départ accessible. Au fur et à mesure des années, vous pouvez procéder à l’acquisition de nouvelles parts de SCPI et ainsi augmenter vos revenus. Ces revenus perçus restent soumis à la fiscalité immobilière classique (catégorie des revenus fonciers, soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu + prélèvements sociaux).

Conseil : Ce placement n’est pas aussi liquide qu’une assurance vie. Les SCPI doivent s’envisager comme un placement long terme. L’avantage est la diversification patrimoniale et géographique. Privilégiez les SCPI européennes et internationales pour diminuer la fiscalité.

>> Lire aussi : SCPI Européennes : Pourquoi attirent-elles les investisseurs ?
Immobilier démembré

Vous pouvez également décider d’acheter la nue-propriété d’un bien immobilier (ou de part de SCPI). Pendant un certain nombre d’année, déterminé à l’avance, vous ne percevrez aucun revenu puisque les fruits de la location reviendront à l’usufruitier. Vous ne serez donc pas imposable pendant la période de démembrement.

A l’issue de cette période, vous retrouverez la pleine propriété en exonération de fiscalité. Vous commencerez alors à percevoir les revenus locatifs qui viendront compléter votre pension à votre départ à la retraite.

Conseil : L’avantage de cette stratégie est que vous achetez un actif immobilier avec une décote. Le potentiel de plus-value est plus important et vous vous constituez un patrimoine de rapport à moindre coût.

 

.

.

Conclusion : La population active d’aujourd’hui ou qui entre sur le marché du travail doit prendre conscience que préparer sa retraite est important.

En commençant à épargner tôt, vos revenus complémentaires au moment de la retraite seront plus élevés. Votre retraite sera ainsi plus confortable. L’anticipation ne doit pas être négligée.

De plus, ne sous-estimez pas votre espérance de vie. Une sortie en rente viagère (qui sera versée jusqu’à la fin de votre vie ) est parfois plus judicieuse qu’une sortie en capital (qui diminuera votre patrimoine au fur et à mesure).

N’hésitez pas à contacter nos conseillers, ils sont là pour vous aider à trouver la solution adaptée à vos besoins.


blog comments powered by Disqus