Espace client
Mot de passe oublié

Investir dans l’or : donnez de l’éclat à votre portefeuille

2

Note de : 100 sur 100 basée sur 2 votes.

100% sur 2 votes
Merci !
Oups... Erreur !
Vous avez déjà noté cet article


Depuis le début de l’année 2020, l’or a connu une croissance de 30%, ce qui lui permet de finir ce mois d’août à plus de 1 960 dollars l’once. Le mois d’août a même réservé son lot de surprises avec un record de 2089,20 dollars l’once. Cette hausse pourrait se poursuivre, notamment grâce à la reprise, progressive, de la demande des professionnels du secteur (industries, joailliers, banques centrales).

Une performance tellement inattendue qui n’est pas pour déplaire aux investisseurs. Ils sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’or. Ce métal précieux est considéré comme une valeur refuge durant les phases importantes de chutes des actions. C’est aussi le cas lorsque des craintes d’inflation à moyen terme apparaissent. Cet investissement apparaît comme propice au rendement. Mais comment l’utiliser pour diversifier son portefeuille et bien réagir face aux variations ?

Pourquoi ajouter de l’or dans son portefeuille ?

Contrairement à des devises monétaires manipulées par les banques centrales, l’or n’est lié à aucune institution. Grâce à sa rareté, il préserve sa valeur ainsi que son pouvoir d’achat sur une longue période.

Aujourd’hui, le précieux retrouve sa vitesse de croisière. Mais il semblerait que ce ne soit qu’une petite pause avant un nouveau record, bien au-delà des 2 000 dollars déjà franchis. Cette matière si précieuse est une bonne ressource, sur un investissement à moyen terme, pour se protéger contre l’inflation et l’érosion du pouvoir d’achat.

Le gérant des matières premières chez OFI AM, Benjamin Louvet, estime qu’une progression des anticipations d’inflation “sur des niveaux raisonnables de 2,5% par an, permettrait à l’or d’atteindre les 2 400 dollars l’once. Selon lui, la demande industrielle, joaillière et des banques centrales revient progressivement et “pourrait pousser le prix de l’or encore plus haut”.

Or physique ou or papier : sur lequel se positionner ?

Son pouvoir de diversification est régi par cinq caractéristiques qui lui sont propres :

  • Une absence de corrélation : les cours de l’or ne varient pas comme les autres classes d’actifs. Cette tendance réduit l’impact des pertes importantes qui pourraient survenir au sein du portefeuille.  
  • Une hausse rapide : contrairement aux actions, l’or augmente plus rapidement qu’il ne baisse.
  • Une liquidité profonde : l’or physique est une des classes d’actifs les plus fortement négociées. Cette négociation se fait du lundi au vendredi et dure quasiment une journée. Elle débute en Asie et se termine aux Etats-Unis.
  • Une consommation mondiale : la demande concerne le monde, c’est sans doute la plus large et la plus variée. Les investisseurs, les banques centrales ou encore les fabricants électroniques s’intéressent à l’or.
  • Une protection contre la variation des devises : l’or conserve sa valeur face aux devises. Cette indépendance de valeur protège le métal précieux des crises monétaires ou des inflations fortes.
     

Puisque certains experts pensent que cette hausse est durable, que l’or va continuer de monter, il est peut être temps d’en ajouter un peu à son patrimoine. Mais il faut savoir être raisonnable, jamais plus de 3 à 5% de son portefeuille. Un lingot vaut environ 52 000 euros. Une somme tout de même considérable. Les investisseurs préfèrent se tourner vers des lingotins de 10 grammes, pesant aux alentours de 560 euros par exemple.

En revanche, il est important de préciser que la fiscalité de l’or physique est assez contraignante. Les frais de transaction sont assez conséquents ce qui oblige à conserver son or durant une longue période. Le meilleur moyen de simplifier la gestion, de son investissement dans la matière jaune, est de choisir le bon support. Avec les ETF, par exemple, la fiscalité classique des plus-values mobilières s’applique. Seulement, avec ce procédé, la matière précieuse n’est pas détenue en direct.
 


Quels sont les principaux supports d’investissement ?

Pour investir dans l’or papier, il existe différents supports. En voici les principaux :

Les certificats

Les certificats or sont délivrés par les banques dites traditionnelles. C’est le cas par exemple de la Société Générale ou bien la BNP Paribas. Ils sont commercialisés en tant que produits dérivés.

Avec ces derniers, il est possible d’investir à la hausse, comme à la baisse de l’or avec ou sans effet de levier et avec ou sans date d’échéance. Ils représentent un produit populaire mais assez technique, réservé à des investisseurs avertis.

Les autres produits dérivés

Les certificats ne sont pas les seuls produits dérivés utilisant l’or comme actif sous-jacent. Leur point commun réside dans la complexité de leur fonctionnement. Ils sont très risqués et sont essentiellement destinés à des investisseurs chevronnés.

Parmi eux se trouvent les contrats à terme. Il s’agit d’un engagement ferme de livraison d’un actif sous-jacent à une date et des conditions définies à l’avance. Il y a également les “gold swaps” qui permettent à la banque de vendre de l’or en échange de liquidités avec la garantie de pouvoir le racheter plus tard. Enfin, “les warrants” sont des valeurs mobilières cotées en bourse délivrées par un établissement financier qui donne le droit à son détenteur d’acheter (call) ou de vendre (put) un sous-jacent. Il peut réaliser cette action à tout moment jusqu’à une échéance et un prix fixés à l’avance. Ce prix d’exercice, appelé aussi strike, engendre le paiement d’une prime.

Les devises et leur marché

Depuis quelques années, l’once d’or est considérée comme une devise à part entière sur le marché des échanges, le Forex. Elle se range au même titre que le dollar, l’euro ou encore le yen, et est symbolisée par les lettres XAU.

Il est tout à fait possible d’acheter de l’or via l’intermédiaire du marché des devises. Encore une fois, cet investissement est destiné à un public de traders confirmés car l’effet de levier disponible est important.

Les actions des sociétés minières

Les sociétés minières représentent un autre moyen de s’exposer à l’or. En effet, il est possible d’acheter des actions en direct dans une mine d’or ou bien dans des sociétés. Pour cette seconde option, il faut faire un choix parmi des fonds de placement ou des trackers.

Investir dans les actions des sociétés minières est beaucoup plus spéculatif que le cours de l’or. Les variations ne sont pas les seuls facteurs à prendre en compte dans la valorisation de ces sociétés. Il y a également les paramètres référents à la vie minière comme  les accidents ou encore les grèves. De plus, le risque de change n’est pas non plus à négliger. Les sociétés minières sont très souvent localisées et cotées à l’extérieur de la zone euro.

Les trackers

Pour se positionner sur l’or, les trackers représentent le support le plus accessible. Ces fonds tentent de répliquer le cours de l’or le plus fidèlement possible. Des frais de gestion sont appliqués par le biais d’une légère commission.

Pour offrir de la diversification à son portefeuille, les trackers restent une solution simple et avantageuse pour les investisseurs. Afin de les comparer et d’en tirer le meilleur, il peut s’avérer utile de vérifier le stock d’or déposé en contrepartie de l’investissement;

Les contrats d’assurance vie

Dans certains contrats d’assurance vie, il est possible de trouver des unités de compte rattachés à des fonds investis sur le marché de l’or. Chez Patrimea, trois de nos contrats d’assurance-vie proposent d’investir dans l’or via des supports.

  • Epargne Evolution possède BGF - World Gold E2 EUR - LU0171306680. Ce compartiment investit à l’échelle mondiale. Au moins 70% de son actif sont consacrés à des actions de sociétés dont la majorité de leurs activités exerce dans l’exploitation de mines d’or.  
  • Patrimea Netlife dispose du fonds OFI - PRECIOUS METALS R - FR0011170182. Il est composé de 35 % d’or, 20 % d’argent, 20 % de platine, 20 % de palladium et 5 % de liquidités.

blog comments powered by Disqus