SCPI dans l'assurance vie : Les inconvénients et les risques

Espace client
Mot de passe oublié

Les contraintes de la SCPI en assurance vie

Les contraintes

Les frais du contrat d'assurance vie

Les épargnants sont sensibles aux frais du contrat d'assurance vie. Ces frais agissent sur la rentabilité des placements. Ils sont de plusieurs natures : Frais d'entrée ou de versement, frais de gestion, frais d'arbitrage et frais de sortie. Certains contrats prélèvent même des frais sur le versement des revenus des SCPI ... à bannir !

Les frais d'entrée réduisent le montant global investi et les frais de gestion diminuent le rendement de la SCPI et donc la valorisation globale du contrat. Dans le choix de l'assurance vie, les frais sont un paramètre à étudier avec attention pour réussir au mieux son investissement.


Un choix de SCPI plus limité

Les SCPI éligibles en assurance vie sont moins nombreuses qu'en direct. Les compagnies d'assurance vie ayant des règles de sélection rigoureuses, n'acceptent pas de référencer toutes les SCPI.

La réputation de la société de gestion, un historique de rendement et de performance, un capital variable, une capitalisation élevée sont autant de critères appréciés par les assureurs pour rendre éligible une SCPI à leurs contrats.

 


La solidité de la compagnie d'assurance vie

Le choix de l'assureur est primordial. En effet, une faillite de la compagnie d'assurance serait susceptible de compliquer votre placement en unité de compte (dont parts de SCPI).

L'assureur ne doit pas prendre de risques excessifs et détenir des actifs suffisamment mobilisables pour permettre de faire face à tous les sinistres et donc être capable de rembourser l'assuré du montant du capital valorisé.

Les compagnies d'assurance vie cotisent au fonds de garantie des assurés. À ce titre, en cas de faillite d'un assureur, le portefeuille de contrats serait transféré vers un autre assureur, sous le contrôle de l'autorité de contrôle prudentiel. Dans le cas où cette procédure de transfert n'aboutirait pas, les assurés seraient indemnisés par ce fonds à hauteur de 70.000 €, quel que soit le type et le nombre de contrats commercialisés par la compagnie. Le mécanisme de la protection des assurés est dans le code des assurances, articles L423-2 et R423-7.

En pratique, il est difficile pour un épargnant de juger de la solvabilité d'une compagnie d'assurance. Cependant, nous estimons qu'il faut se méfier des compagnies qui proposent des taux de rémunérations garanties très supérieures à la moyenne des taux habituellement garantis par les compagnies d'assurances.


L'absence de pouvoir au sein de la SCPI

Par définition d'un contrat d'assurance vie, le souscripteur n'est pas propriétaire des actifs investis dans le contrat qui appartiennent à la compagnie d'assurance. Le souscripteur détient seulement une créance exigible contre l'assureur.

Ainsi, vous n'êtes pas associé de la SCPI et vous ne pouvez pas participer à la vie de la SCPI et donc voter les résolutions proposées lors des assemblées générales.


Pas d'emprunt ni de démembrement

Il est très compliqué (voire impossible) d'acquérir des parts de SCPI en assurance vie à crédit. De plus, le démembrement n'est pas non envisageable pour bénéficier de l'avantage ISF par exemple (il est possible de démembrer la clause bénéficiaire d'un contrat mais les conséquences fiscales et patrimoniales sont différentes).

En revanche, l'épargnant peut faire une avance sur son contrat d'assurance vie pour investir en parts de SCPI. Cet montage revient, par un crédit de l'assureur, à acquérir des parts de SCPI selon un taux fixé par le règlement des avances des compagnies.